Des peintres

 

Jean- Alexis  ACHARD (1807-1884)

 

Achard appartient à l'école des paysagistes fondée en 1830 par Camille Corot. Les disciples de ce dernier créent de nombreux foyers en province : Boudin en Normandie, Ravier à Lyon, Loubon à Marseille, ou encore l'école de Barbizon. A cette époque, le Romantisme renoue avec la nature en peinture comme en littérature. Dans le style des peintres hollandais et flamands, les peintres français perpétuent ces paysages du XVIIe siècle. Leur démarche pourtant se démarque des maîtres hollandais par une étude attentive de la configuration des sites.

 

Né d'une famille de laboureur à Voreppe, Alexis-Jean Achard entre comme commis d'huissier chez son oncle maître Réal. Très vite, il s'inscrit à l'école municipale gratuite de dessin où il se lie d'amitié avec le sculpteur Victor Sappey.

 

En 1835, il part pour l'Egypte. C'est l'aventure de nombreux artistes vers l'Orient après la guerre franco-russe et la prise d'Alger.

 

En 1843, il s'installe définitivement à Paris, au 20 de la rue Visconti, qu'il quittera régulièrement pour rejoindre son cher Dauphiné. Entre-temps, il voyage en Italie notamment à Naples et à Syracuse. Ses œuvres sont acquises en partie par les musées nationaux ainsi que par une commande de l'Etat belge.

 

En 1870, la guerre éclate et Achard revient en Isère pour des questions financière. Là, il rend visite à ses amis Ravanat, Raoult, Blanc-Fontaine qui lui offre de partager son atelier. Puis, il se lie d’amitié avec les jeunes artistes comme Charles Bertier, Charles-Aimé Irvoy…

Jean Achard meurt dans son atelier, 3 rue Malakoff, actuellement rue Eugène Faure, d'une crise d'apoplexie en 1884.

 

Eugène Boudin disait de lui : « Le père Achard ne sachant pas faire un ciel disait que cet élément n'existait pas ! ». Achard tient sa place aux côtés de Corot, Boudin, Jongkind, et Ravier.

 

Sur sa tombe, on peut découvrir un chêne, symbole de force et de sagesse ; aux branches de l’arbre tronqué sont accrochés, le béret, la palette et les pinceaux d’un peintre.

 


 

 

Diodore RAOULT (1819-1874)  

 

Le jeune Diodore se rend souvent au couvent de la Plaine pour y peindre les demoiselles Gamel, filles d'un négociant en confiseries.

 

En 1845, il quitte Grenoble pour voyager en Italie et notamment à Rome où il demeure dix-huit mois. A son retour, il est chargé de réaliser la décoration de la chapelle de la Vierge de la collégiale de Saint André. Il est rendu célèbre par son illustration de l'œuvre de Blanc-Lagoutte " Grenoblo Malherou", édité en 1864 chez Dardelet.

 

Il est également chargé de décorer les plafonds du hall d'entrée du Musée Bibliothèque de la place d'Armes de Grenoble, actuelle place Verdun.

 


 

 

Jules FLANDRIN (1871-1947) 

 

Né à Corenc en 1871, d’une famille dauphinoise de modeste bourgeoisie, il prend des cours de modelage et de dessin vers l’âge de quinze ans. En 1889, il rentre chez l’imprimeur Allier (Le caveau familial de l’Imprimeur Allier se trouve à côté de celui de Louise Drevet) où il apprend le métier de lithographe. En 1893, il s’inscrit à l’école des Arts décoratifs de Paris puis aux Beaux-Arts sur les conseils de Gustave Moreau qui, l’ayant remarqué, le prend dans son atelier avec les autres élèves : Marquet, Matisse, Rouault.

 

Flandrin présente quelques œuvres au Salon du Champ-de-Mars. En 1898, il est membre sociétaire de la Société nationale des Beaux-Arts. En 1902, il expose dans différentes galeries, notamment à la galerie Saint-Louis à Grenoble ; puis de 1909 à 1939 à Paris, chez Druet.

 

En 1905, il peint de grandes toiles d’inspiration religieuse. Il expose à l’étranger, à Londres, à Munich et à Berlin. En 1920, il ouvre un atelier de tapisserie haute lisse à Grenoble. Flandrin n’appartient à aucun groupe de peinture même s’il connaît les fauves depuis l’atelier de Moreau. En 1931, il réalise ses dernières œuvres religieuses et expose, en 1936, au Japon puis à New-York.

 

Il épouse Henriette Deloras, peintre également, en 1931.

Flandrin-Deloras---CW.jpgPhoto par C. Weller

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×