Des innovateurs industriels

Xavier JOUVIN (1801-1844)

 

L'ère de l'industrialisation marque le XIXe siècle européen. A Grenoble, la ganterie connaît un essor fulgurant pour employer jusqu'à 35 000 ouvriers, vers 1860, pour une production atteignant les 20 millions de paires de gants.

 

Xavier Jouvin, jeune inventeur issu de la ganterie grenobloise, révolutionne la profession. En effet, en 1832, Jouvin met au point "la main de fer" qui permet d'établir un système des pointures pour produire plusieurs coupes de gants à la fois. Il ne lui reste alors plus qu'à combiner un emporte-pièce à cet effet.

Une statue représentant une jeune femme aux mains allongées et en mouvement, faisant allusion aux gants fabriqués par le maître gantier, se trouvait à l'origine sur le caveau de la famille Jouvin. Cette oeuvre réalisée par Henri Ding en 1889 et portant le nom «  La Dernière Prière » a été volée dans les années 1980. Il est possible de voir une épreuve en plâtre de cette œuvre au Musée de Grenoble.

 


 

 

Albert-Pierre RAYMOND (1840-1913) 

 

Né à la Buissière le 25 août 1840, orphelin de père et de mère dès l'âge de douze ans, Albert-Pierre Raymond rentre à 14 ans à l'école professionnelle de Monsieur Hauquelin, fondateur de l’établissement qui s’appellera plus tard Vaucanson. L’adolescent apprend le métier de serrurier avant de partir avec les compagnons du Tour de France. A son retour, il travaille en qualité d'ajusteur dans l'entreprise Marinoni, spécialisée dans les rotatives.

 

En 1865, ce jeune homme ambitieux crée très vite sa propre société rue Chenoise. Albert-Pierre Raymond dépose, dès 1869, un brevet pour un crochet de chaussure : le "crochet à hélice". Sa force créatrice ne s'arrête pas là puisqu’il dépose, quelque temps plus tard, un nouveau brevet le « bouton pression » qui est une véritable révolution dans le monde de la fixation. Ce petit accessoire fait merveille dans le monde de la mode et de la mercerie et les gantiers se ruent sur ce nouveau procédé.

 

La société s'est spécialisée, depuis, dans les fixations adaptées sur les supports rigides : la tôle, le béton, le plastique, le carton... Véritable exemple de réussite industrielle, l'entreprise emploie aujourd'hui 2000 salariés qui fabriquent 5 à 6 millions de pièces par an.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site